LPO Morbihan

Juillet : infatigable chanteur, le pinson

mardi 8 juillet 2014

L’été n’est certes pas le meilleur mois pour écouter les oiseaux chanter ; le concert a déjà eu lieu au printemps, notamment en mars-avril, là où les nidifications battent leur plein un peu partout.
Pourtant, il en est quelques-uns qui jouent les prolongations en ce début d’été, telles les fauvettes, les pigeons et tourterelles, ou encore l’infatigable pinson des arbres.
Cet oiseau des bois, vergers, jardins, etc.., est très commun sur tout le territoire, mais pas forcément aussi connu que le moineau ou autre rouge-gorge ; pourtant il se manifeste à longueur de temps, de mars à juillet, par son chant phrasé et répétitif, lequel lui permet de signaler à ses congénères que le territoire est déjà occupé, et que toute intrusion se terminera par une poursuite infernale (les combats étant rares et énergivores).

Ecoutez le chant du pinson

Comme pour la plupart des espèces, c’est le mâle qui se manifeste ainsi bruyamment, pendant que la femelle s’occupe à la construction du nid et qu’elle assure l’incubation des œufs (pendant deux semaines). Elle est plus grise et plus terne que le mâle, mais dans les deux cas, les ailes sont barrées de blanc, ce qui rend la confusion peu probable avec d’autres espèces.
Il y a en général deux couvées : une en avril-mai, et une deuxième en juin-juillet, ce qui permet de mieux comprendre que les chants se prolongent jusqu’à cette époque.
Le nid est une très belle coupe faite de mousses et de lichens, assemblés par des toiles d’araignées ; l’intérieur est garni de crin ou de duvet pour un meilleur confort des oisillons. La photo ci-dessous représente une situation où le nid avait été construit dans une petite haie de jardin : la taille de la haie avait fait échouer la ponte ! Ce genre de pratique est donc à éviter formellement !
En hiver, le pinson des arbres, dont le régime est granivore, fréquente assidûment les mangeoires, en compagnie des verdiers, mésanges, etc… Il faut dire que les populations nicheuses de nos régions reçoivent alors le rendort de milliers d’oiseaux venant du Nord de l’Europe ; il arrive alors qu’on puisse observer des troupes abondantes ne comprenant qu’un seul (ou majoritairement en tout cas) des deux sexes, ce qui lui a valu son nom latin de fringilla coelebs, ce qui signifie : l’oiseau célibataire !

Yves Thoron


Accueil | Contact | Plan du site

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les infos de la biodiversité  Suivre la vie du site Les 12 mois de la biodiversité   ?

Creative Commons License