LPO Morbihan

Mars : mais ils sont où les papillons en hiver ?

vendredi 14 mars 2014


Enfin une belle journée en ce début mars, et voilà qu’un beau papillon jaune folâtre dans le jardin, se posant sur les premières fleurs de pissenlit. Il y a de bonnes chances pour que ce papillon soit simplement un citron. L’événement peut d’ailleurs se produire en plein hiver, par une belle journée de janvier ou de février, et ceci pour quelques espèces, mais c’est loin d’être le cas de tous les papillons de la région.

le tircis - pararge aegeria

En effet, il n’y a que quelques espèces qui survivent à l’arrivée des mauvais jours : ils s’arrangent pour se trouver un abri plus ou moins sûr dans une remise, un arbre ou arbuste à feuilles persistantes et épaisses, ou encore entre les feuilles de lierre d’un tronc d’arbre, d’un vieux mur, etc… Voici un aperçu des espèces concernées, celles qui hibernent en somme, bien que le mécanisme soit un peu différent des marmottes, hérissons, etc…

la petite tortue - aglais urticae

la grande tortue - nymphalis polychloros

le robert-le-diable - polygonia c-album

le vulcain - vanessa atalanta


le paon du jour - inachis io

Forcément, tous ces mois difficiles leur ont fait perdre une partie de leur éclat, mais la mécanique des ailes fonctionne toujours, ainsi que la pompe à nectar : c’est l’essentiel.

paon du jour de mars - comparer l’état des ailes avec photo pr­ecedente

Beaucoup d’espèces de papillons nocturnes en font autant, de même que pas mal d’autres insectes (comme certaines abeilles, mouches, coccinelles, etc…).
Et les autres papillons, alors ?
A part quelques rares migrateurs, ils sont tous morts avant l’hiver ! Mais évidemment il y a des formes de survie pour ces espèces : cela peut être une simple ponte, comme le thécla du bouleau, ou bien plus couramment à l’état de jeune chenille comme le cuivré commun, le gazé, le mars changeant, etc…

cuivré commun - lycaena phlaeas

le gazé : aporia crataegi

le petit mars changeant - apatura ilia

Certaines de ces chenilles s’abritent dans une sorte de nasse de soie pour bien résister au froid, ou mieux encore, sont prises en charge par des colonies de fourmis, comme par exemple l’azuré des mouillères, espèce rare par chez nous (seulement deux stations connues dans le Morbihan).

azuré des mouillères - maculinea alcon

D’autres enfin ont vu leurs chenilles se transformer en nymphe, encore appelée chrysalide : c’est le cas de la plupart des piérides, famille à laquelle appartient l’aurore, qui sera donc le vrai premier papillon nouveau de l’année. A ce sujet, voir l’article d’avril 2013. La métamorphose des chrysalides va nous donner une profusion d’espèces printanières, avec une ou même deux générations annuelles, pour le grand bonheur des amateurs de « chasse aux papillons », comme le chantait Georges Brassens ! De nos jours, il faut, bien entendu, se contenter de chasse photographique !!!

Et maintenant, à vous de jouer : voici 10 papillons (dans le portfolio ci-dessous) qui sont au moins cités une fois dans l’article ; essayez de les identifier, en repérant parmi eux les 6 espèces qui passent l’hiver à l’état adulte. Un doute ? Agrandissez l’image en cliquant dessus, le nom du papillon sera dévoilé.

Yves Thoron


Portfolio

tircis azuré des mouillères aurore citron vulcain robert le diable gazé petit mars changeant paon du jour petite tortue
Accueil | Contact | Plan du site

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les infos de la biodiversité  Suivre la vie du site Les 12 mois de la biodiversité   ?

Creative Commons License