LPO Morbihan

Septembre : Araignées à toiles : le piège !

lundi 9 septembre 2013

Septembre est sans doute le mois où l’on voit le plus de toiles d’araignées tendues un peu partout, offrant un spectacle surprenant certains matins de rosée. C’est en effet le moment où la plupart des espèces d’araignées s’activent le plus, afin d’être au maximum de leur vitalité pour pouvoir se reproduire, avant de disparaître en hiver....

Certes, certaines espèces vont hiberner dans divers abris : écorces, tas de bois, habitations, sous des pierres, etc… mais ce sont en général des espèces qui chassent à l’affût ou en maraude, mais qui ne construisent pas les toiles géométriques dont il est question ici ; à vrai dire, les espèces qui sont passées maîtres dans l’art de construire ces pièges à la fois redoutables et admirables sont les épeires. Et pour cela, elles sont équipées d’orifices abdominaux, les filières, desquelles sort un liquide gluant qui durcit au contact de l’air pour constituer un fil à la fois souple et solide ; ce fil sera tendu entre divers éléments de l’environnement, selon une méthode et une architecture absolument remarquables, pour constituer une toile compacte et gluante destinée à la capture d’insectes volant ou sautant. La toile sera détruite (avalée) et reconstruite dès qu’elle sera abîmée, au besoin une fois par jour, en cas de grand vent par exemple.

Une des espèces la plus spectaculaire est l’épeire diadème (araneus diadematus), ainsi nommée à cause de l’ornementation en forme de croix de la face dorsale.

Epeire diadème et sa proie emmaillotée

épeire diadème ( araneus diadematus) et sa proie emmaillotée

Elle construit de grandes toiles dans les jardins, friches et endroits boisés : elle se tient immobile au centre de la toile ou cachée sous des feuilles à proximité. Dès qu’un insecte heurte la toile, elle accourt pour le piquer d’un venin paralysant et l’emmaillote de fils de soie ; ensuite elle lui injecte des sucs digestifs pour liquéfier les chairs, étant donné que chez les insectes, les parties « molles » sont à l’intérieur d’une carapace. Enfin, elle aspire ce contenu liquide lorsqu’elle a une petite faim.

L’épeire fasciée (argiope bruennichi) ou argiope frelon, construit une toile moins grande mais plus solide ,dans la végétation basse et se tient à l’affût au beau milieu de l’édifice, attendant que quelque criquet ou autre insecte vienne s’y engluer et c’est alors la même punition que précédemment.

épeire fasciée ( argiope bruennichi ) ayant capturé un criquet

épeire fasciée ( argiope bruennichi ) ayant capturé un criquet

A noter qu’il arrive que les proies sont plus grosses que l’araignée elle-même !

En général,chez cette espèce, les gros individus à abdomen jaune et noir que l’on rencontre un peu partout sont des femelles : en effet, les mâles sont bien plus petits (moins d’un centimètre) et ne construisent pas de toile, mais errent dans la végétation à la recherche de proies ou … de femelles justement. Ces prétendants doivent user de beaucoup de ruse pour approcher la femelle sans être pris pour des proies, et quand l’un d’entre eux parvient à chevaucher cette dernière et introduire son pédipalpe dans l’orifice génital de la femelle, la partie est loin d’être gagnée car, soit il laisse l’extrémité de son organe dans le corps de la femelle, soit il se fait dévorer sur le champ ! Mais l’essentiel sera obtenu, à savoir la fécondation d’une bonne centaine d’œufs qui seront ensuite pondus dans une sorte d’urne accrochée à la végétation : sa paroi isolante permettra aux œufs ou aux minuscules petites araignées de passer l’hiver sans encombre.

Enfin, une troisième épeire peut être observée en tourbières, en landes tourbeuses, friches etc… ; c’est l’araignée carrée (araneus quadratus), ainsi appelée à cause de quatre points clairs disposés en carré sur son abdomen, lequel varie du jaune-orangé au marron soutenu. A proximité de sa toile, elle se tient souvent cachée dans un petit dôme de feuilles et de soie qu’elle s’est aménagée pour passer inaperçue.
Ces araignées capturent et régulent ainsi une grande quantité d’insectes dans leur vie, et sont à leur tour la proie de lézards, oiseaux, etc… De plus, elles sont tout à fait inoffensives pour l’homme.

Yves THORON


Portfolio

Epeire diadème ou araignée porte-croix Toile d'epeire diadème épeire diadème , un matin de rosée argiope fasciée - femelle courtisée par 2 mâles une ponte d'argiope fasciée ( ou argiope - frelon) argiope ayant capturé un anax empereur ( une des plus grosses (...) araignée carrée ( araneus quadratus) - variation de couleurs (1) araignée carrée ( araneus quadratus) - variation de couleurs (2)
Accueil | Contact | Plan du site

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Les infos de la biodiversité  Suivre la vie du site Les 12 mois de la biodiversité   ?

Creative Commons License